Réflexion/Méditation pour les illusionnés de la spiritualité

Mis à jour : mars 27

Hé oui, bien obligée ! Je dois avoir environ 1500 « amis facebook » en ce moment, et la plupart sont « soit disant » dans une orientation spirituelle. Or je m'interroge sur cette spiritualité. La spiritualité du corps physique ? La spiritualité de l'Illusion ? La spiritualité du « bisounours, tout est beau tout est gentil » ?


Hier j'ai partagé une vidéo de funérailles tibétaines. Bizarrement, les commentaires ont été masqués par Facebook, il est noté que moi seule peut la voir. Ou peut être vous pouvez ? Bref, ce n'est pas le fait de la voir ou de ne pas la voir qui est important, mais les commentaires qui sont arrivés et qui étaient réprobateurs.

Un commentaire rapidement posté indiquait bien que ce n'était pas possible de partager une vidéo pareille, que c'était choquant, qu'il fallait mettre des mises en garde (ce que j'avais fait), voire qu'il ne fallait pas la publier... bref, c'est fait puisqu'elle fût signalée par l'un de mes 1500 « amis facebook » et que je dû signer des chartes Facebook, ...

J'aimerai maintenant amener une question. Qu'est ce que votre corps ? Des muscles, de la chair, de la graisse, du sang, des os, de la moelle, des essences,... Si vous êtes dans une croyance spirituelle, cela veut dire, que vous pensez qu'il y a autre chose dans votre corps qu'un tas de matières organiques. Cela veut dire que vous êtes conscients d'une conscience et que cette conscience est indépendante de votre corps.

Pensez-vous donc que lorsque vous mourrez vous emmènerez ce tas de matières physiques avec vous dans l'au-delà ?

Quelles que soit les conceptions que l'on a, selon les différentes spiritualités, de ce qu'est la conscience, de ce qu'est l'au-delà, le point commun à toutes voies est que la seule chose qui restera ici dans ce monde est l'ensemble de matières organiques qui constituent notre corps.

Cet ensemble, dans notre société, a pour habitude d'être mis dans une boite et dévoré par des asticots, des coléoptères,... sans oublier nos milliards de bactéries qui vont se mettre en œuvre et se propager alors dans toutes les parties du corps afin de nous digérer de l'intérieur, on parle là du pourrissement naturel... L'autre solution funéraire, de plus en plus en œuvre dans notre société, est d'être consumé par le feu.

Dans les 2 cas, on constate que cet ensemble d'organes dans lequel nous avons vécu, pour lequel nous avons développé tant d'attachements, ne sera plus qu'un tas de cendre ou permettra de nourrir des milliers d'insectes.

Donc là rien de différent d'avec les rites funéraires tibétains où le corps est mangé par les vautours.


Donc qu'est ce qui choque ? Ou pourquoi être choqué par ces images ?

Tout simplement parce que nous vivons dans un monde d'illusions.

Un monde où tout est caché. Que le corps soit inhumé ou incinéré, dans les 2 cas, nous ne verrons rien. Au décès, les pompes funèbres se chargent de le vêtir, de le maquiller pour palier au manque de vitalité évident, de le parfumer pour éviter les mauvaises odeurs, bref, quand nous le voyons une dernière fois avant que la boite ne se referme, le corps semble parfait.

Nous avons donc très peu d'opportunités de réellement regarder la réalité et de nous interroger sur nos attachements au corps physique, d'autant plus que notre société crée absolument tous les stratagèmes possibles, notamment à travers les publicités sur nos réseaux sociaux et nos postes de télévision, ainsi que toutes les innovations pour nous amener à idolâtrer toujours plus ce corps physique...

Je voudrais donc dire à tous les « illusionnés de la spiritualité » que la spiritualité n'est pas un rêve. Ce n'est pas un royaume doré à la Bisounours. La spiritualité ne doit pas être séparée de la réalité de la vie. La réalité de la vie est que depuis l'instant où nous naissons, nous sommes déjà en chemin vers la mort puisque nous sommes nés et donc déjà nous vieillissons. Dès l'âge de 25 ans, nos corps manifestent les premiers signes du vieillissement et donc de la décomposition. A l'instant où ce corps physique s'arrêtera de fonctionner, il entrera dans son processus de pourriture.

Pourquoi est il essentiel d'amener ce point que nous rejetons si fortement dans nos sociétés occidentales ? La plupart des néo-spiritualités occultent totalement cet aspect pourtant inhérent à la vie ! Il est impossible de le nier, c'est ainsi. Nous naissons, nous vieillissons, nous mourrons, nous pourrissons. Nous ? Non ! Notre corps pourri ! Cet amas de muscles, de chair, de graisse, de sang, d'os, de moelle, …

Les Tibétains sont un peuple qui a totalement intégré les compréhensions spirituelles dans sa culture. Le corps n'est qu'une enveloppe que nous habitons pour un temps donné. C'est un peu comme quand on va à l'hôtel. On loue la chambre d'hôtel pour une nuit. Le lendemain matin, nous devons rendre la chambre et partir. Sommes-nous attachés au lit de la chambre ? À sa salle de bain ? Veux t'on alors emmener avec soi la chambre car on y tient trop ? Non bien sûr. C'est ainsi que dans la vie de tous les jours, nous devons apprendre à percevoir le corps comme étant une simple chambre d'hôtel que nous habitons pour un temps donné. Nous en prenons soin, bien sûr, mais nous devons rester conscients que cette location n'est que temporaire, et qu'elle n'est qu'une location. On y habite, mais elle n'est pas nous. Elle n'est pas notre conscience laquelle est bien plus subtile que l'aspect grossier de ce corps physique.

Il est essentiel de méditer sur ces aspects afin de mourir en paix car l'une des 3 principales causes de nos souffrances est l'attachement. L'attachement à ce moi, à ce soi, lequel prend racine dans l'attachement à ce corps.


Il est donc essentiel de se détacher de cet attachement, sans pour autant perdre de vue que le corps reste notre temple dans la voie vers l'eveil, ses portes étant les sens, mais cette relation du corps aux sens doit se vivre dans le détachement.