Rechercher

Les Bols Chantants ne sont pas tibétains !!! Cessons ce mythe destructeur de la culture tibétaine

Si il y a bien une appellation qui est largement employée et est totalement erronée, c'est celle des "bols tibétains" car il n'ont en fait rien de tibétain ! Ces objets. étiquetés de «bols chantants tibétains», commercialisés comme instruments rituels tibétains, et estampillés «produits du dharma» ne sont ni anciens, ni d'origine tibétaine, ni d'origine rituelle.


Comme l'indique Tenzin Dheden, étudiante diplômée de l'Université York, représentante à Toronto du Comité Canada-Tibet (CCT), et fondatrice de "Khapse Conversations", une série de discussions avec des spécialistes des études tibétaines :

"Les spécialistes s'accordent à dire que les bols chantants et les bains sonores "tibétains" sont une invention totalement occidentale et que leur prétendue origine tibétaine est un mythe moderne. Il n'existe aucune preuve historique crédible, quelle qu'elle soit, que les Tibétains aient jamais utilisé des bols chantants."

Bien que l'on lise parfois que les «bols chantants tibétains» remontent à une tradition bouddhiste et chamaniste Bon-Po, la fabrication et l'utilisation de bols spécifiquement destinés à «chanter» (par opposition aux bols qui sont destinés à être frappé) sont considérés comme un phénomène moderne.


"L'histoire nous apprend que ces bols métalliques étaient à l'origine des bols alimentaires provenant du nord de l'Inde ou du Népal. Aujourd'hui, le bol est devenu un objet de fétichisation orientaliste et un produit vedette de l'industrie des bains sonores."

Les enregistrements historiques et les comptes rendus de la musique du Tibet sont muets sur les bols chantants. De tels bols ne sont pas mentionnés par Perceval Landon (un visiteur en 1903-1904) dans ses notes sur la musique tibétaine, ni par aucun autre visiteur. De même, bien que les missionnaires intéressés par les pratiques de guérison traditionnelles tibétaines aient noté des sons résonnants et sonores, ils ne font aucune mention des bols chantants.


Tenzin Dheden expose le danger qu'il y a à étiqueter de tibétain ce qui ne l'est pas :


Le bol chantant tibétain n'existe pas et n'est pas réel, mais la mythologisation raciste du peuple tibétain, elle, est bien réelle. L'industrie des bols chantants se présente agressivement comme reproduisant un "ancien rituel tibétain".
Cette pratique occidentale qui essentialise la culture tibétaine et tire profit de cette marchandisation culturelle place les réfugiés tibétains marginalisés dans une situation délicate - ils ont la possibilité économique de vendre quelques bols métalliques à des Occidentaux fascinés, mais au prix d'une participation volontaire à l'imaginaire orientaliste de la Tibétaineté, ce qui cause un grand traumatisme culturel et une grande souffrance au peuple tibétain.

et de rajouter :

"Les amateurs d'énergie sonore ont tendance à mêler diverses croyances New Age et prétendent que chaque "bol chantant tibétain" possède sa propre "fréquence", son "chakra", sa "planète", son "énergie" et son "histoire psychique" accumulée. Des connaisseurs acharnés parcourent la planète à la recherche d'authentiques bols chantants tibétains anciens, qui, selon eux, ont été imprégnés de "technologie sonore ancienne et sacrée", contrairement aux "contrefaçons modernes" bon marché et frauduleuses.
Lorsqu'on les confronte à leurs affirmations facilement falsifiables sur les liens culturels tibétains, on s'aperçoit que les "guérisseurs par le son" rejettent souvent le désaveu du peuple tibétain en s'accrochant à la théorie de la conspiration selon laquelle les bols chantants sont délibérément entourés de secret parce que les Tibétains protègent leurs anciennes connaissances spirituelles basées sur le son contre les étrangers indiscrets.
Ils insistent sur l'existence d'une lignée secrète de "shamans" métallurgistes qui transmettent d'anciens mystères à travers les siècles. Cet exemple d'ignorance délibérée des Occidentaux est si manifestement absurde que je ne sais pas si je dois en rire ou pleurer devant l'exploitation de mon héritage culturel par des Occidentaux fanatiques.
Les fantasmes bourgeois occidentaux sur le Tibet et les stéréotypes raciaux nuisibles qu'ils colportent n'ont tout simplement pas besoin du vrai Tibet et des souffrances que mon pays endure.
Le vrai Tibet est subordonné au mythe du Tibet. Ce mythe, cependant, a un réel pouvoir et il est devenu le cadre dominant à travers lequel l'Occident perçoit la lutte politique tibétaine. Le mythe réduit le Tibet à une exposition de musée. Il réduit la politique tibétaine à une question de survie d'une civilisation mourante et unidimensionnelle. Le mythe empêche que les préoccupations politiques du Tibet soient prises au sérieux. Le mythe invite à la sensiblerie plutôt qu'à l'opportunisme politique. Le mythe garantit que les Tibétains ne recevront jamais le soutien institutionnel et gouvernemental pour lequel nous faisons inlassablement pression."

Pour ma part, je me souviens d'une retraite en Suisse à laquelle je participais il y a quelques années. Celle-ci était donnée par un lama tibétain. Les organisateurs avaient posé un bol chantant à côté de l'endroit où il allait enseigner.

A son arrivée, il s'est installé, s'est enveloppé dans son châle, en silence. Puis il s'est penché pour prendre le bol, lève le bras pour nous le présenter et demande : "Qu'est ce que c'est ?". L'audience répond de manière unanime "un bol tibétain !" ce à quoi il rétorqua :


"Voici un bol tibétain qui n'est pas tibétain. Il n'y a pas et il n'y a jamais eu de bols chantants au Tibet. Cherchez les dans les monastères au Tibet ! Vous n'en trouverez pas ! Cherchez les dans les rituels ! Ils n'y sont pas ! Nous utilisons les tingshas."

précisa t'il en posant le bol. Il a alors pris la paire de petites cymbales posée à côté et les fît sonner. Puis, sans rajouter d'autre mot, il commença son enseignement.

Nous invitons donc toute personne qui chemine dans le Bouddhisme à modifier ses appellations et à respecter ce qui est tibétain et ce qui ne l'est pas car utiliser l'appellation "tibétain-tibétaine" ne doit pas devenir un phénomène commercial... Il s'agit là de respecter les choses telles qu'elles sont et de respecter la culture tibétaine.


Et je rajouterai :

"N'oubliez jamais que le mouton noir est celui qui voit la réalité ultime et ce n'est pas parce que 99,9% de la population est dans l'ignorance que le mouton noir doit se tourner vers l'ignorance afin de faire comme tout le monde".
Valérie